head
m1 m2 m3 m4 m5 m6 m7
Français English Notre boutique, en direct de Mongolie Panier 0 article(s)
pixel_trans
pixel_trans
Recherche rapide
Notre catalogue
Notre sélection
Recherche par fabriquant
pixel_trans
pixel_trans
Recherche multicritères

Couleur

Matière

Taille

Recherche avancée
pixel_trans
Quels types d'articles vous intéressent le plus ?
Cachemire
Laine de chameaux
Habits traditionnels
Artisanat
Peintures
Livres, cartes
CD et DVD

1386 Votes
[ Voir les résultats ]
pixel_trans
» Musique mongole
Musique mongole
  Musique mongole et instruments de musique
  
Instruments 
 
Morin Khuur
 
L'histoire du Morin Huur remonte à une légende antique au sujet d'un bel homme mongol Hohoo Namjil. Hohoo Namjil était un jeune homme de très bonne allure, qui retournait dans sa terre natale après avoir accompli son service militaire et après qu'il soit tombé amoureux d'une très belle jeune fille. Il avait également un cheval ailé qu'il aimait profondément. Pendant une nuit, une femme jalouse a fait découper les ailes du cheval et le cheval est mort. Le matin suivant, Hohoo Namjil a trouvé son cheval mort. A la mémoire de son cheval aimé, Hohoo Namjil a créé un instrument de musique. À partir de la peau d'abdomen, il a fait l'avant et les pièces arrières de la boîte de résonance de l'instrument. Il a découpé la tête de son cheval et en a décoré la partie supérieure de l'instrument. À partir de la belle longue queue de son cheval, il a fait les cordes et l'archet. Cette légende est censée indiquer les origines du Morin Huur originel en cuir.
 
Le Morin Huur produit un son intense. Un Morin Huur en cuir est supposé avoir un son « saakhalt ». En mongol, un « saakhalt” est un voisin qui vit a environ 20 à 30 km dans les environs au milieu de la steppe. Ainsi, si quelqu’un entend le son du Morin Huur, il sait qu’un joueur de Morin Huur rend visite à ses voisins et se dit : « Tiens, on dirait qu’un joueur de Morin Huur rend visite à la famille de Dorj ». C’est ainsi qu’est décrite l’intensitié du son produit par le Morin Huur.

Jusque dans les années 70, le Morin Huur avait une caisse de résonnance en cuir. Puis, un maître artisan, Jugder et deux luthiers russes Erevan et Burin remplacèrent le cuir par du bois. C’est ainsi que le Morin Huur en bois utilisé de nos jours est apparu. Les Morin Huur en bois sont plus résistants à l’humidité que les Morin Huur en cuir originels. Ils peuvent ainsi être utilisés en dehors de la Mongolie. Les Morin Huur en cuir sont très rares. Ils sont seulement fabriqués de temps en temps par des maîtres artisans. Un Morin Huur en cuir produit un son plus riche qu’un Morin Huur ordinaire en bois. Cependant les Morin Huur en cuir sont très fragiles. Ils ne supportent pas la moindre humidité. Des recherches sont actuellement menées sur des techniques numériques qui permettraient de préserver le cuir et d’augmenter sa résistance.

Le son du Morin Huur a une tessiture très étendue, de l’octave la plus basse au sol. En d’autres termes, le Morin Huur couvre trois octaves. Avec seulement deux cordes, le Morin Huur permet de jouer n’importe quelle musique européenne et c’est ce qui fait son unicité. Les instruments européens possèdent le plus souvent quatre cordes, qui sont jouées séparément, alors qu’avec le Morin Huur les deux cordes sont jouées simultanément.

Il n’existe aucun autre instrument qui ait le son du Morin Huur. C’est grâce à cette unicité que le Morin Huur a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Un joueur qui commence à apprendre le Morin Huur commence par apprendre les techniques de pression des doigts. Ensuite, le débutant apprend comment produire des sons. L’apprentissage comprend des séries d’exercices sur les techniques de pression et de sonorités.
Morin Huur has an intense sounding. A leather-bodied Morin Huur is believed to have a “saakhalt” sounding. In the Mongolian language, a “saakhalt” is a neighbor who lives in about 20-30 km away in the steppes. So, they would hear the sounding and know that a Morin Huur player visited the neighbor saying: “Sounds like a Morin Huur player is visiting Dorj’s family”. This is how people described the intensity of Morin Huur’s sounding.
 
A l’époque de Chinggis Khaan existait un orchestre de Morin Huur accompagnés d’autres instruments, tels que des “yochin”, “yatga”, “limbe”, “Ikh Huur” (ou grand Morin Huur) et « shanz ». C’est une collection classique d’instruments qui sont encore utilisés dans l’orchestre national mongol moderne. Le Ikh Khuur est une version plus grande du Morin Huur qui joue le rôle de double basse.
 
Limbe
 
Le « Limbe » ou flute est aussi d’origine mongole. A l’origine, une flute était faite de bambou et ses deux extrémités sont ouvertes. Ensuite, une des extrémités a été bouchée et des trous ont été percées le long du corps de l’instrument.
 
Huuchir and Yatga
 
« Huuchir” est des instruments classiques de l’orchestre national. Il est d’origine chinoise. « Yatga » est un instrument originaire de Corée. On pense que c’est un des rois mongols qui a rapporté cet instrument de ces pays.
Aujourd’hui, ils ont été mongolisés et les instruments qui font partie de l’orchestre national sont des prototypes mongols des instruments originaux.
  
A propos de notre fabriquant
 
Peu de livres ont été rédigés à propos des fabricants d’instruments mongols. On peut néanmoins en trouver certains à Egshiglen, un magasin specialisé dans la vente d’instruments de musique mongols. 
Aujourd’hui, le fabricant le plus important d’instruments de musique, et notamment de Morin Huur, est M. Baigaljav.
Il est considéré comme le n°1 des fabricants. D’une production artisanale unitaire, son atelier est passé à un groupe d’artisans compétents, capables de produire des commandes allant jusqu’à 100 Morin Huur.
 
  
Danses et chants traditionnels mongols
 
Khoomii
 
Le “Khoomii” ou chant de gorge est un art du chant originaire de la reproduction des sons naturels comme le son des ruisseaux, l’écho des montagnes ou le tonnerre. En écoutant ces sons, le chanteur essaye de les reproduite en utilisant sa gorge et sa langue. D’abord, les sons ressemblent plus à un sifflement qu’à des sons guturaux. Mais en mettant plus de force dans l agorge, ces sifflements se transforment en sons profonds provenant de l’intérieur de la gorge. En faisant différentes vibrations avec la langue, ces sons profonds deviennent beaucoup plus riches et ressemblent, par exemple à l’écoulement d’un ruisseau. C’est pour cela que l’on pense que le Khoomii provient des forces naturelles de la Terre.

On pense qu’Hovd, dans la région des montagnes de l’Altai à l’Ouest de la Mongolie est la terre d’origine du Khoomii. Le célèbre chanteur de Khoomii, Sundui Jajaa est en effet né à Chandmani dans le soum de l’aimag Hovd. Il existe différentes sortes de Khoomii, comme le Khoomii de poitrine, le Khoomii d’estomac, le Khoomii de palais, le Khoomii de nez. Ce sont tous des techniques distinctes du Khoomii. Les quatre chanteurs de Khoomii les plus célèbres en Mongolie sont : Sundui Jajaa, Tserendorj, Ganbold et Odsuren. Ces quatre chanteurs sont considérés comme les chanteurs les plus talentueux et les plus impressionnants. Ils sont tous originaires de l’aimag de Hovd. Ganbold était d’ailleurs l’opérateur du son que a fait la bande originale des célèbres films épiques mongols, « Chinggis Khaan et la reine Manduhai ».
 
Danse traditionnelle mongole

Il n’y a pas seulement une danse mongole. Les origines de toutes les danses mongoles sont issues de la vie traditionnelle nomade des Mongols avec le travail de la terre, des peaux et des boyaux, le tir à l’arc ou encore l’élevage du bétail. Les deux mouvements distinctifs de la danse mongole sont appelés : “bielgee” (différents mouvements d’épaule) et “tatlaga” (mouvement rapide de tirée avec les bras). Les danses européennes sont aussi originaires des gestes de la vie quotidienne, mais elles en sont des représentations artistiques, alors que la danse mongole en est une représentation littérale.

Chants longs de Mongolie

Les origines des chants longs de Mongolie se trouvent dans les steppes sans fin de Mongolie. Fidèle à ses origines, le chants longs de Mongolie le plus célèbre vante les beautés des steppes mongoles. Un chant long de Mongolie est particulier à la Mongolie. Il n’existe aucune technique similaire dans un autre pays où le chanteur applique à sa voix différents timbres, différents rythmes et pulsations en la faisant aller de bas en haut. Les chanteurs étrangers ne possèdent pas cette technique. De temps en temps des chanteurs modernes utilisent des techniques similaires, mais très basiques, dans leur chant. Cependant, l’utilisation de ces techniques ne dépasse jamais le stade des bases car l’école mongole de chants longs est très spécifique. Les chants traditionnels mongols sont tous des chants populaires, sans auteur particulier.

Il existe de nombreuses troupes de musique et de danse mongole en Mongolie. Les plus célèbres sont Tumen Ekh, Jamuuhai, Domog, Altan Urga, Khan Huur.
Accès rapides
Promotions
Informations
 Foire Aux Questions
 Notre philosophie
 Programme de fidélité
 Testimonials
 Programme d'affiliation
 Cachemire de Mongolie
 Laine de Chameau mongol
 Habits mongols
 Artisanat Kazakh
 Musique mongole
 Arcs mongols
Newsletter
Votre Email

Votre nom
 
Nouveautes
Meilleures ventes
pixel_trans
01.Chaussettes en laine de yack, ref. YAK-13-00-001
02.Pantoufles, ref. GAR-08-03-008
03.Pantoufles, ref. GAR-08-03-005
04.Chaussettes en laine de chameau, ref. CAM-16-03-001
05.Study book for learning to play the Morin Khuur, ref. BOO-15-00-001
06.Pantoufles, ref. GAR-11-03-006
07.Ger (Yourte) mongole de XII-XV Siecle, ref. MON-16-00-001
08.Ger (Yourte), ref. MON-13-00-057
09.Pantoufles, ref. GAR-08-03-006
10.Ger (Yourte) , on voit l'interieure de la yourte, ref. MON-08-00-017
pixel_trans
Affiliation
pixel_trans
Ouvrir un compte
Se connecter
pixel_trans